Maraka

Par Julien-Comtet, 17 décembre 2012

Nom du rythme : Maraka

Région : Pays Soninké (Ouest du Mali)

Dans le pays Soninké d’où il est originaire, le maraka est appelé sambali (ou tinguitan dans les régions occidentales telles que le Diafounou) et il est exécuté à l’occasion de toutes les fêtes populaires pour faire danser les femmes (notons que les termes Soninké, Maraka et Sarakollé désignent la même ethnie). « Le rythme se joue avec deux ou trois djembé, et selon les régions, un dounoun (sans cloche) et / ou un n’tamo si le griot participe à l’événement. Contrairement à « goï » (ou sounou) par exemple, les pas de danse employés sur sambali ne sont pas nombreux et ils ont été assez fidèlement exportés vers la capitale.

maraka

Ce rythme connu partout au Mali sous le nom de « maraka don » (la danse des Maraka) est tellement populaire à Bamako qu’il est l’un des plus joués, partageant ce succès avec les seuls soukou, dansa et les différents djeli foliw (rythmes des griots, ndlr). Le marakadon bamakois qu’on appelle aujourd’hui plus communément maraka est généralement un mélange entre le sambali et le tagué khassonké (danse des forgerons) dont le thème est repris par le dounoumba. » (Source : Mémoires de djembéfola, Essai sur le tambour djembé au Mali, Julien Comtet, L’Harmattan, 2012)