Coumba Sidibé

Par Nicolas Maestracci, 6 mai 2014

coumbasidibeCoumba Sidibé est l’une des pionnières d’une nouvelle génération des chanteuses de la région du Wassoulou au sud du Mali, qui avait émergé à la fin des années 80, comme Oumou Sangaré, Kagbe Sidibé, Sali Sidibé et bien d’autres. Pas comme les griots qui chantent surtout des louanges à leur jatigui, ces jeunes chanteuses chantent plutôt des sujets contemporains, des problèmes sociaux. Bien que ces chanteuses soient principalement peulhs, elles chantent en dialecte wassoulou de la langue bambara.
La musique wassoulou pentatonique est très différente de la musique malinké et fait penser aux rythmes de la musique des chasseurs maliens qui est joué avec le Dozon N’Goni (luth des chasseurs), mais la musique du wassoulou est plutôt joué avec le Kamelen N’Goni (luth des jeunes à 6 cordes). D’autres instruments utilisés sont le violon traditionnel à une corde, le soukou, le M’Bolon, le djembé et la guitare électrique. Les rythmes sont répétitifs et hypnotisant, mais laissent la place aux improvisations sur les instruments à cordes.
Coumba chante depuis l’âge de 7 ans, et commença sa carrière professionnelle dans l’Ensemble Instrumental National du Mali dans les années 70. Sa voix est plus rauque que celle d’Oumou Sangaré, et plus « jazz » que celle de Sali Sidibé. Elle est une star au Mali, mais n’est pas très connue hors de son pays. Ses albums n’ont pas bien été distribués sur le plan international, mais quelques chansons figurent sur les deux compilations Wassoulou Sound édité par Stern’s Music.