Adama Dramé

Par Nicolas Maestracci, 27 mai 2014

Adama Dramé

Le jeune Dramé a appris très tôt la musique. Depuis l’école primaire, il a pris goût à cet art. A neuf ans déjà de retour de l’école à 17heures, il accompagnait l’orchestre de son père. En 1966, il décida d’abandonner l’école à la surprise générale de ses camarades et de son instituteur. Lui-même fut surpris de cette décision car il ne comprenait pas ce qui lui arrivait.

Une fois dans l’arène de la musique, il eut au début de sérieuses difficultés car son père ne lui faisait aucune concession. Mais il compris plus tard que c’était la voie d’un véritable succès musical. Après plusieurs années d’apprentissage, il jeune Dramé ayant acquis quelques expériences remplaça sa grande sœur qui accompagnait son père dans la percussion. Petit à petit, il se professionnalise.

A la fin de la récolte, il parcourait avec l’orchestre de son père dans toutes les provinces dela Haute Volta pour animer des fêtes villageoises. Ce fut une belle épreuve pour lui car dit-il, il fallait tenir toute la nuit. Il allait vraiment connaître son sacre à Ouagadougou. Vers 1970 son père fut invité à Ouagadougou. Adama Dramé devait découvrir un nouvel univers car dit-il : « J’étais fou de joie car j’allais enfin voir la capitale avec ses voitures et ses éclairages. L’occasion fut belle. Il entrait au ballet de la volta dirigé par Sotigui Kouyaté, où il s’est perfectionné d’avantage.

Il fit des tournées en Cote d’Ivoire et au Niger. De là il quittera la troupe de son père pour s’installer comme soliste Djeméfola à Bobo-Dioulasso au côté du maître Babila Diabaté et de Yaya de nationalité Guinéenne. Mais le jeune Dramé eut des débuts difficiles avec cette troupe compte tenu da sa jeunesse. Plus tard, il finira par s’imposer. On le surnomma Super Djembé. Il était convié très souvent avec Baba Kouyaté et Tamini aux animations des mariages. Il eut l’occasion d’être invité un jour à Bouaké en Cote d’ivoire, pays frontalier avec le Burkina pour animer un mariage. Profitant de l’occasion, il s’installa à Bouaké où il faisait bon vivre et où le mot étranger était loin dans les ténèbres de la violence. Bouaké était pour lui un grand carrefour culturel. C’est d’ailleurs dans cette ville qu’il a créé le ballet national de Cote d’Ivoire. C’est à Bouaké que sa carrière professionnelle va s’internationaliser d’avantage.
C’est dans cette ville ivoirienne en 1976 qu’il va faire connaissance de Bernard Mondet, alors en poste qui enregistra son premier disque paru sous le label de l’UNESCO. Monsieur Mondet fut aussi promoteur d’Adama Dramé au premier festival du Bois dela Bâtie en Suisse.

Source Fasofoliba

 Discographie

  • 1966: Apprentissage professionnel avec son père
  • 1970 – 1972 : Percussionniste «Les ballets de la volta»
  • 1974 : Invité à Bouaké ( République de Côte D’ivoire)
  • 1979 : Premier spectacle solo au festival «Bois de la bâtie» en Suisse
  • 1980 – 1985 : Festival de Montreux – Nyons – Bâle – Zurich – Root Racin – Lezin – Festival de la cité – Lausane ( Suisse ) –
  • Festival de percussion de Fribourg I B – Frankfurt (Allemagne)
  • 1986 : Festival international de percussion de percussion dela Guadeloupe – Point à Pitre – Basse Terre
  • 1987 : Tournée au Kenya – Burundi – Malawi – Ile Maurice – Comores – Ouganda
  • 1989 : Ecole de danse Alvin Nely New York avec les percussion Montou de Chicago (USA)
  • 1990 : Création de l’ensemble « FOLIBA » avec 35 artistes
  • 1991 : Première création du FOLIBA « sos tradition»
  • 1992 : Création de la pièce théâtrale «Yerélon (dignité) » qui a été joué à Bouaké et Abidjan
  • 1993 : Création de la pièce «DOUGOUKOLO (La terre)»
  • 1994 : Tournée avec la pièce « Dougoukolo » ( 25 artistes) à Steene festival festival – Anvers – Gand (Belgique) – Amsterdam – Utrecht – La haie( Hollande) – Montauban (France) – Villanova ( Espagne) Septembre
  • 1994 : Festival Arts Alyve Johanesburg (Afrique du Sud) et Harare (Zimbabwe)
  • 1995:FESTIVAL D’AVIGNON AVEC MARC VELLA.
  • 1996: CELEBRATION DE DES 30 ANS DE MUSIQUE
  • 1997: ( 13 janvier) SPECTACLE A L’OLYMPIA AVEC MARC VELLA.
  • 1998: TOURNEE DE 52 MUSICIENS AVEC le ROYAL DE LUX : RETOUR D’AFRIQUE.
  • 1999: KOUNKA DE CHRISTIAN LAUBAT AVEC LES PERCUSSIONS DE STRASBOURG
  • 1999: C.C.F. G. M. DE OUAGADOUGOU FETE DE LA MUSIQE.
  • 2000: FESTIVAL D’ART LYRIQUE D’AIX- EN-PROVENCE.
  • 2001: CREATION A SINDI INTERNATIONAL AVEC 30 MUSICIENS DE GRENOBLE AU CCF DE BOBO ET OUAGA.
  • 2002: CELEBRATION 35 ANS DE MUSIQUE A BOBO.
  • 2003: CREATION CONFRONTATION AU CENTRE SINDI INTERNATIONAL AVEC WIN HENRICH JOUEE A BOBO ET A OUAGA SUIVI D’UNE TOURNEE EN BELGIQUE ET EN HOLLANDE.
  • 2003: OUVERTURE DE SALIFOU STUDIO 14 PAR LE COLONEL MAMADOU DJERMA
  • 2004. JUIN : FETE DE LA MUSIQUE : DIRECTION ET CREATION DE PERCUSSION NORD – SUD AVEC 300 PERCUSIONS.
  • 06 SEPTEMBRE : SOIREE DE GALA A LA PRESIDENCE DU FASO
  • 2006 : Mars 2006- Festivités des 40ans de Carrière à Bobo-Dioulasso et à Ouagadougou
  • Septembre et Octobre Tournée Scandinave, Suède (25-29 /11/2006 Jazz Festival UMEA)
  • Finlande (02-05/11/2006 TAMPERE Jazz, Happening, Trio Jazz, Jean Jacques Avnel, François Aulaind), Estonie Norvège.